4 erreurs de Touadera qui risquent de lui coûter un second mandat

Facebooktwitter

La rédaction de Centrafrica vous présente un article écrit par Léon Ngadele journaliste indépendant.

Cliquez ici pour découvrir les 4 erreurs fatales commises par Touadera selon le journaliste indépendant Léon Ngadele...
Catherine Samba-Panza et Faustin Archange Touadera – investiture

La victoire de Faustin Archange TOUADERA au second tour de la présidentielle de février 2016 en République Centrafricaine avait suscité de l’engouement et beaucoup d’espoir au sein de la population comme dans la classe politique.

On ne cessera de le rappeler, si ces élections ont été saluées par la communauté internationale qui s’est investie pour un retour à l’ordre constitutionnel dans ce Pays,

c’est aussi grâce au fair-play démocratique dont a fait preuve le candidat de URCA, Anicet Georges Dologuele, qui a accepté sa défaite sans contestation.

Malheureusement les espoirs et aspirations des Centrafricains en cet homme du 30 Mars n’ont été que d’une courte durée.

Touadera a maintenant 4 ans de mandature et un bilan jonché d’erreurs que je pourrais qualifier de fatales, permettez moi de vous les lister.

1ère erreur: Nomination de Simplice Mathieu Sarandji au poste de 1er ministre. 

Rappelons-le: 24 candidats malheureux du premier tour de la présidentielle de 2016 plus la totalité des dignitaires de la transition à l’exception de Abdala Kadre,

limogé du gouvernement entre les deux tours pour sympathie à Anicet Georges Dologuele se sont ralliés à Touadera.

Pour mieux empâter, des promesses de nomination aux postes de primature et président de l’Assemblée Nationale ont été faites à ces personnalités dont Martin Ziguele qui comptait prendre le perchoir de l’Assemblée Nationale. 

Contre toute attente, avant son investiture, le nouvel homme fort a préféré caserner son poulain très rapidement à la Primature afin d’étouffer les intentions de ces derniers, qui rêvaient fort de ce poste.

En observateur politique et fin stratège, on pouvait très rapidement comprendre que Touadera n’est pas un bon joueur du jeu d’échec.

Il a très tôt semé le doute dans les cœurs de ses alliés. Élu en tant que candidat indépendant, n’ayant pas de parti politique, il était plus judicieux de garder son Directeur de Campagne, Simplice Mathieu Sarandji auprès de lui à la Présidence

afin de s’occuper exclusivement de la mise en place de sa formation politique, qui pourrait lui baliser le terrain en vue d’un éventuel second mandat.

Mais convaincu que l’union sacrée mise en place tiendrait le chemin pendant tout le mandat, Touadera a jugé mieux de sacrifier ses alliés pour satisfaire la boulimie de son compagnon de lutte.

Le nouveau Premier ministre va briller par son arrogance politique pendant deux ans et demi. 

Très rapidement, les premiers déçus de cette union sacrée, ont commencé à mettre les bâtons dans les roues de ce dernier jusqu’à Khartoum. 

Ne pouvant résister aux recommandations de l’Accord Politique de Paix et Réconciliation APPR-RCA, signé entre le Gouvernement et les groupes armés,

exigeant la mise en place d’un Gouvernement de consensus, Simplice Mathieu Sarandji va démissionner de la primature.

Il sera remplacé par le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, Firmin NGREBADA, artisan du rapprochement du pouvoir de Bangui avec Moscou.

Conséquence : Le Mouvement Cœurs Unis, créé par accident pour répondre aux réfracteurs du régime, peine par amateurisme politique à asseoir sa notoriété sur l’échiquier politique national. Collaborations très difficiles avec les alliés.

2ème erreur: Gestion calamiteuse du rapprochement avec Moscou 

Moscou développe depuis quelques temps des stratégies militaires sur le continent africain. Le Président Macron a fait un cadeau inestimé à Touadera avec le rapprochement organisé entre Bangui et Moscou. 

L’instrumentalisation par les griots de Touadera qui ont reçu des billets de banque pour cracher sur la France avec un soutien affiché du Président Faustin Archange TOUADERA aurait mis les autorités dans un climat de rivalité avec Moscou. 

Deux ans après ce rapprochement, il n’y a que des mercenaires russes dans le pays qui ont obtenu des concessions minières non déclarées à l’Assemblée Nationale et qui n’apportent rien à l’Etat. 

La plupart des Chefs d’Etats africains qui se sont rendus au sommet économique de Saint Pétersbourg en Russie sont rentrés avec des contrats faramineux, alors que la République Centrafricaine est rentrée bredouille.

3ème erreur: La vision de Touadera de l’Accord de Khartoum 

Il y a bien lieu ici de signaler qu’au lendemain des élections de 2016, on comptait moins de 10 groupes armés dans le Pays, essentiellement constitués des factions de l’Ex Seleka, qui sévissaient plus dans la partie nord de la RCA.

Un an plus tard après le retour à l’ordre constitutionnel, tristesse est de constater que petit à petit des foyers de tension naissaient et les combattants  se sont organisés pour occuper de plus en plus de territoires.

Comme il l’a toujours chanté, Touadera dépassé par l’ampleur des exactions de ces groupes armés, a privilégié la politique de la main tendue. Ce qui veut évidemment dire dialoguer avec les groupes armés.

Ce qui n’était pas naturellement du goût de son Premier ministre de l’époque, Sarandji, qui y voyait son poste menacé à l’issue de ce dialogue.

Soutenu par ses pairs africains et les Nations Unies, Touadera décide de mépriser la classe politique et la société civile des pourparlers de Khartoum, lesquels pourparlers ont vu l’attachement de la Russie

qui mettait les billets de banque en jeu afin d’obtenir le fameux Accord Politique de Paix et de Réconciliation (APPR-RCA), signé le 6 Février 2019 à Bangui.

Le diplomate de l’union africaine  Ismaël Shergui faisait l’éloge de cet accord qu’il a lui seul préparé et imposé aux autorités de Bangui comme étant l’accord de la dernière chance pour la RCA. 

Pour paralyser l’opposition, Touadera a réussi à faire passer de l’opposition démocratique à la majorité présidentielle le parti PATRIE de Crepin Mboli Goumba.

Heureusement, le KNK et URCA ont été vigilants pour refuser l’offre de NGREBADA, qui s’est approprié de cet Accord au dernier moment.

Aujourd’hui, plus de 15 mois après ce fameux Accord, la situation sécuritaire du pays reste beaucoup plus tendue notamment à travers l’instrumentalisation par TOUADERA des groupes armés dans la partie Nord-Est.

Finalement que reste-t-il de ce fameux Accord dont certains groupes armés notamment FPRC qualifient de caduque déjà ?

4ème erreur: Grand réseau de corruption dans les différentes institutions de l’Etat 

Les Deux Milliards et demi de Dollars du RCPCA ont quasiment été utilisés sans un projet réalisé. Pas d’eau, pas d’électricité, pas de route, Aucune salle de classe construite ni un centre de santé.

Pendant ce temps, des immeubles poussent de partout appartenant aux membres du gouvernement, qui ne possédaient même pas une hutte , il y a de cela quatre ans.

Le Premier Ministre Firmin NGREBADA est passé d’une petite villa, pas loin de CPJ à un château à la belle vue avant d’être nommé sans compter ses nombreux investissements immobiliers à Boali.

Personne n’a oublié qu’il avait été convoqué en France par TRACK FIN pour justifier un transfert d’un montant de 139 Milles Euros à une de ses copines pour l’achat d’un bien immobilier en France.

Tout le monde a en mémoire la tentative d’escroquerie de 7 Millions de Dollars en ABGAZIE, à travers une mission de ses proches collaborateurs dépêchés pour signer la reconnaissance de ce petit Etat de 350 000 habitants à l’insu du Président Touadera.

S’agissant du Ministre des Finances, il a pu conduire pas moins de vingt chantiers immobiliers dans Bangui sous de prêts noms divers.

Il s’est même permis le luxe de construire un Centre Culturel HMD avec radiotélévision et un studio d’enregistrement avec denier de l’Etat.

Le Ministre des mines s’est particulièrement illustré avec des contrats miniers destructeurs de la nature et fatal pour la santé de beaucoup de Centrafricains, sans qu’un centime ne rentre dans la caisse de l’Etat.

Il devient ainsi le ministre des mines le plus corrompu de l’histoire de notre pays et le plus criminel.

Ne parlons pas du Chef de l’Etat dont tout le monde le sait qu’il est devenu grand commerçant de diamant et or d’où ses nombreux voyages en Belgique.

Les Centrafricains ont encore le souvenir vivace de son refoulement à l’aéroport de Dubaï au mois de Février 2020.

Tout cela est rendu possible grâce à une Assemblée Nationale composée à majorité d’analphabètes, d’Anti Balaka et d’un certain nombre de répits de justice.

De Bouzoumgate  à Mapenzigate en passant par l’affaire des 40 millions escroqués par le Député MANDABA entre les mains des hommes d’affaire chinois, aucune mesure disciplinaire n’a été prise pour arrêter l’hémorragie.

Nous nous retrouvons ainsi avec une Assemblée Nationale la plus corrompue de l’histoire de la démocratie de la RCA.

En définitive on se demande si c’est une compétition ou une complicité de corruption entre l’Exécutif et le Législatif.

Si la politique est un art de calcul, un Homme politique qui ment à son peuple pour se maintenir au pouvoir,

ou qui fait des calculs pour ses intérêts exclusifs en sacrifiant l’avenir de son Pays et le devenir de son peuple, est un criminel en puissance.

De l’expérience politique de Faustin Archange Touadera, des espoirs que son élection avait suscités dans la population et de la confiance que ses concitoyens avaient placée en lui, doit-on retenir que déception et trahison ?

La réponse à l’issue des présidentielles à venir.

Rejoignez notre liste d’abonnés

Un commentaire sur “4 erreurs de Touadera qui risquent de lui coûter un second mandat

Laisser un commentaire