Coronavirus en Centrafrique: facteur d’une nouvelle crise

Facebooktwitter

Le 14 Mars 2020, le Gouvernement Centrafricain par la voix du Ministre de la santé publique,

a annoncé un 1er cas officiel de Coronavirus détecté en Centrafrique.

Une nouvelle qui a fait surgir de nombreuses réactions et alimenté un sentiment de peur au sein de la population.

Une peur qui est légitime, car personne ne veut mourir trop vite,

et encore moins mourir par le biais d’un virus qui n’est pas né en Centrafrique.

Cependant, nous croyons fortement que si le coronavirus continue de se propager a grande vitesse

dans le monde comme c’es tla cas en ce moment, il aura en Centrafrique

un effet nocif au-delà des pertes en vie humaines massives qui frappent l’Occident et l’Asie.

C’est a dire, qu’en plus d’une crise sanitaire la Centrafrique risque une grande crise socio-économique.

Les points d’une crise

Pour les principaux bailleurs de la Centrafrique tel que l’Union Européen ou la France,

l’aide budgétaire pour ce pays passera surement au second plan. Pourquoi ?

Tout simplement, parce que les européens sont sur le pied de guerre avec ce malin virus

qui décime leurs populations depuis maintenant plusieurs mois.

Meme la Russie nouveau partenaire et acteur en Centrafrique se verra obligé

de revoir sa stratégie dans la conquête du pays si le virus continue de se propager dans le monde et en RCA.

Ensuite, il y a le risque de fermeture de nos frontières avec des pays frontaliers tel que le Cameroun.

Etant un pays enclavé, la Centrafrique dépend entièrement de la route Douala Bangui

pour son ravitaillement en vivres et produits de première nécessité.

Un tel scenario, contribuerait a donné un coup de grâce à l’économie centrafricaine,

qui ne se porte pas à merveille comme les autorités veulent bien nous le faire croire.

Enfin, la météo s’annonce ombrageuse pour les prochaines élections présidentielles et législatives de 2020-2021.

En effet, la majorité des financements à ces échéances électorales seront issus de la communauté internationale.

Cette dernière s’attele aujourd’hui a chercher un vaccin curatif contre le coronavirus

et n’aura pas d’autre choix que de se détacher de la question centrafricaine pendant un moment et ça se comprend

Pour les partenaires de la RCA en particulier l’Europe, on peut redouter

que l’heure ne sera pas au financement et à la tenue des élections,

mais plutôt à la recherche et l’application de mesures idoines à prendre pour limiter

la casse créé par le coronavirus sur leur continent et dans leur pays respectif.

Conclusion

Baisse de l’économie nationale, risque de délais des élections,

difficultés et retard dans le paiement des salaires,

Suspension de l’approvisionnement de Douala vers Bangui du à la fermeture des frontières.

Tels sont les risques socio-économiques qu’encoure la Centrafrique,

si cette pandémie n’est pas maîtrisée à temps.

Nous osons espérer qu’un tel scénario ne se produira pas,

même si les signaux nous renvoie des indicateurs contraires.

Que compte faire le gouvernement pour prévenir la propagation du virus en RCA

Et minimiser l’impact lourd qu’aura le coronavirus sur la vie sociale et économique des centrafricains.

Espérons qu’ils y pensent et y travaillent. Car, Ne dit-on pas gouverner c’est prévoir.

Rejoignez notre liste d’abonnés

Laisser un commentaire