4 candidats à qui profite l’invalidation de la candidature de Bozizé

Facebooktwitter

Pendant plusieurs mois les militants du Kwa Na Kwa (KNK) vivaient dans un rêve surdimensionné .

Vous voyez le dessein ?

Les hommes et femmes en orange s’imaginaient de nouveau au Pouvoir.

Cependant, le 03 Décembre 2020 le rêve s’est vite transformé en cauchemar.

Sans surprise, la Cour Constitutionnelle a invalidé la candidature de l’ancien Président François Bozizé à l’élection présidentielle 2020.

La question qui se pose aujourd’hui est simple.

A qui profite la mise à l’écart du Général d’armée de ce scrutin présidentiel ?

Quels sont les candidats à même de profiter de l’invalidation de sa candidature ?

Centrafrica vous présente les principaux prétendants au fauteuil présidentiel qui peuvent tirer avantage de cette situation.

Faustin Archange Touadera

Le Président de la République sortant est le premier de la liste à se réjouir de l’invalidation de la candidature de Bozizé.

C’est un secret de polichinelle que face au Général, le Professeur de maths ne ferait pas le poids lors d’une compétition électorale.

Voila pourquoi quelques mois après le retour de Bozize au bercail,

Touadéra a lancé une opération séduction vers son ancien mentor.

En effet, il négocie par personne interposée que Bozizé renonce à sa candidature afin de soutenir la sienne.

Lire : RDC-Centrafrique : François Beya, médiateur officieux entre Touadéra et Bozizé

Convaincu que sa candidature à lui serait retenue,

et qu’il écraserait Touadera de le premier tour, Bozizé va refuser l’offre.

Les circonstances qui suivront ne seront pas en sa faveur.

Aujourd’hui invalidé. Les jeux sont faits.

Touadera sait qu’il a besoin du KNK pour s’assurer une victoire haut la main et incontestée.

Maintenant que Bozizé est hors jeu,

le professeur de maths Président va mettre en marche la machine à convaincre.

Billets de banques, promesses de postes prestigieux et juteux aux cadres du KNK et proches de BOZ.

Hier Bozize avait refusé l’alliance. Aujourd’hui n’etant plus candidat. Que va t-il en advenir ?

Ne dit-on pas, les jours se suivent mais ne se ressemblent pas.

Jean Serge Bokassa

L’ancien Ministre ne s’attendait pas à voir sa candidature être retenue par la Cour Constitutionnelle.

Pour la simple et bonne raison qu’il a résidé environ 13 mois hors du territoire centrafricain avant de déposer sa candidature.

Selon nos informations, Bozizé serait à l’origine du financement des frais de caution de 15 millions de FCFA requis pour le dépôt de candidature à la présidentielle.

Une alliance politique entre les deux personnalités était en cours peu de temps avant le décès de l’épouse de Bokassa survenu en Novembre dernier.

Avec l’invalidation de la candidature du candidat KNK, les cartes vont surement être rejouées dans le cadre de cette potentielle alliance.

Bokassa pourrait bénéficier d’une consigne de vote émanant de François Bozize.

Ce qui le placerai automatiquement parmi les favoris de ce scrutin.

En effet, l’ancien garde du corps de son père l’empereur Bokassa, pourrait lui faire la passe en contrepartie de plusieurs choses capitales.

Par exemple, abandon ou allègement des sanctions onusiennes.

Partage du pouvoir avec des postes de hautes responsabilité pour Bozizé et ses proches.

Bokassa pourrait-il tenir de telles promesses et les réaliser ?

Ne dit-on pas , la promesse n’engage que celui ou celle qui y croit.

Certainement, le temps nous en dira plus.

Anicet Georges Dologuélé

Le chef de file de l’oppsoition avait officiellement reçu le soutien du bureau politique du KNK lors de l’élection présidentielle en 2015.

Cependant, depuis sa résidence en exil à Kampala en Ouganda,

François Bozizé avait officieusement instruit la base de son parti de voter pour Touadera, qui était alors 2ème Vice Président du KNK.

S’il avait cru que ce dernier lui renverrai un jour l’ascenseur, il s’est largement trompé.

Aujourd’hui, il doit certainement s’en mordre les doigts.

Dologuélé et son parti l’URCA est un allié naturel du KNK de Bozizé certes,

mais ils sont aussi partenaires au sein de la Coalition de l’Opposition Démocratique COD-2020.

Ces liens de partenariat suffiront-ils à faire basculer BOZ du coté de AGD.

Une consigne de vote officielle et sincère de Bozizé en faveur de Dologuélé qui est déjà fortement populaire à travers le pays,

pourrait largement placer le Président de l’URCA en tête de tous ses concurrents.

Ce qui est sûr,

d’un coté, Dologuélé a plus de chances d’accéder au pouvoir grâce a l’électorat du KNK.

De l’autre, la popularité de AGD pourrait être un tremplin au KNK pour revenir dans l’association de la gestion du Pouvoir.

Cette fois-ci, Bozize serait-il prêt à sincèrement soutenir Dologuélé ?

Abdoul Karim Meckassoua

De tous, c’est bien le plus acharné à conquérir l’électorat de l’ancien Président Bozizé.

Pour cause ?

Meckassoua rêve de devenir Président à tout prix.

Mais il y a un bémol.

Il n’est pas aimé du peuple centrafrician.

Ce qui lui vaut le surnon « Meckassoua le mal aime »

Cependant, c’est un homme de réseau.

Il a officiellement milité pour le retour de Bozizé à Bangui.

Tout en espérant officieusement, que ce dernier se fasse soit arrêter ou invalidé par la Cour Constitutionnelle.

Pourquoi ?

Simplement parce que Meckassoua veut le soutient de la base du KNK.

Son unique joker pour prétendre s’asseoir dans le fauteuil présidentiel.

Depuis plusieurs mois, il fait jouer son réseau sous régional pour convaincre l’ancien Président de lui faire la passe.

Il s’appuie notamment sur le Président du Congo (Brazzaville) et du Tchad,

afin que ces derniers puissent convaincre Bozizé de laisser la place au petit frère Karim.

Malheureusement, Meckassoua est un politique qui ne tient jamais ses promesses.

Un roublard de la pire espèce. Et Bozizé le sait !

Une alliance serait donc t-elle possible ?

Après tout, ce ne serait pas la première fois que Bozizé signe un pacte avec le diable.

Rejoignez notre liste d’abonnés