Attaque de Béloko : une opération de sabotage ?

Les coups de feu ont retenti dans la nuit du 20 au 21 Janvier 2023 vers 4 heures du matin.

Des hommes armés prennent d’assaut le poste des Douanes centrafricaines de Béloko, une ville située à l’ouest près de la frontière avec le Cameroun.

Une attaque qui prend les Forces de Défense et Sécurité Nationale par surprise.

Cependant, elles ripostent et tiennent le terrain.

Bilan ?

Des sources proches de l’état-major évoquent une dizaine de morts du côté des assaillants, et 3 blessées dans les rangs des FACAS et des russes.

D’autre part, de nombreux dégâts matériels sont à déplorer comme l’illustrent plusieurs vidéos rendues virales sur les réseaux sociaux.

On y voit plusieurs camions et les bureaux de l’administration douanière entièrement détruits par le feu.

Un transporteur témoin des dégâts causés par les combats confie à Centrafrica.

« Les bureaux de la douane sont à terre. L’infrastructure a été complétement brulée.»

Une riposte d’envergure

A côté du poste de douane, un campement de soldats des Forces Armées Centrafricaines (FACA) et leurs alliés russes.

Selon diverses informations concordantes,

ces derniers ont riposté énergétiquement à cette agression, ce qui leur a permis de repousser les assaillants et de garder le terrain.

Sur place, un chauffeur de poids lourd décrit une scène de guerre.

« C’était chaud. Une roquette a été tirée dans la douane. Tout a pris feu. Il y a eu de longs échanges de tirs. Les FACAS et les russes les ont allumés et les rebelles ont fui…Ils sont en train de les poursuivre en ce moment.»

L’enceinte de la douane abritait une importante quantité de carburant dans des futs au moment de l’attaque.

Prise entre 2 feux, la marchandise s’est enflammée et a consumée les bâtiments.

Point d’entrée économique de la RCA

Selon sylvain, douanier centrafricain, Béloko représenterait environ 50% des recettes douanières du pays.

D’après lui, les rebelles cherchent à fragiliser le pouvoir central, en le privant d’une manne financière importante au fonctionnement de l’Etat.

Il y voit une « opération de sabotage« .

« C’est à dessein qu’ils attaquent Beloko. Ils veulent perturber nos principales voies d’entrée d’argent, pour paralyser le pays et le rendre ingouvernable. C’est du sabotage ! »

Selon une source militaire, les assaillants avaient pour objectif de « prendre le contrôle du poste de Beloko pour asphyxier la capitale. »

En Novembre 2022,

un aéronef larguait une bombe artisanale sur l’usine de coton de Bossangoa. Une autre infrastructure économique importante du pays.  

L’attaque du poste douanier de Béloko s’inscrirait-elle dans la suite de celle de Bossangoa ?

Déjà, certains observateurs craignent d’autres attaques sur des points économiques cruciaux.

Rejoignez notre liste d’abonnés