L’affaire des 2 français arrêtés à Bangui

Les présidents Macron et Touadera

Dans un contexte fortement tendu entre Bangui et Paris depuis déjà plusieurs mois, voilà une affaire qui vient rajouter de l’huile sur le feu…

La scène s’est déroulée le mardi 10 janvier 2023 à l’aéroport de Bangui M’Poko.

Arrivés sur le vol d’AIR France,

deux (2) ressortissants français sont interpellés par la police aéroportuaire à leur arrivée en terre centrafricaine.

Qu’est-ce qu’on leur reproche ?

Pas de visa ?

Selon les informations recueillies par Centrafrica,

la demande de prolongement de visa des 2 français auraient été rejetée par l’ambassade de la RCA à Paris,

et ce, sur instruction du Ministère centrafricain des Affaires Etrangères.

Malgré ce refus de prolongement de visa,

ces derniers font tout de même leur entrée sur le sol centrafricain.

Une démarche qui suscite la suspicion des autorités centrafricaines, qui décident de confisquer leurs passeports et de les arrêter pour besoin d’enquête.

un diplomate français en poste à Bangui confie :

« Leur visa est en règle, et ce, jusqu’à en février-Mars 2023. Il s’agit seulement d’un refus de prolongement de visa à Paris. Ces personnes sont en règle avec le droit centrafricain. »

Vite, des soupçons de planification d‘actions subversives font surface.

Et pourquoi ?

Des anciens militaires 

Après investigations, il s’avère que les individus arrêtés sont des anciens militaires.

Une information qui a déclenché de vives réactions de la part de plusieurs médias locaux,

et certaines personnalités publiques qui brandissent la thèse du complot de déstabilisation.

Contactée, une source diplomatique française explique la raison de leur venue en RCA.

« En effet, deux ressortissants français ont été interpellés à leur arrivée. Il s’agit de personnes qui travaillent avec la MINUSCA dans le cadre d’un contrat de logistique classique. »

Concernant le passé professionnel des intéressés,

notre source rejette en bloc les allégations d’actions subversives qu’elle qualifie de « désinformation totale » et explique :

« Ce sont des anciens militaires comme la plupart des spécialistes logistiques qui travaillent avec la MINUSCA en vue de leur expérience. »

Selon un cadre influent du Mouvement Cœurs Unis (MCU), le parti au pouvoir,

ces hommes seraient plutôt en mission d’une toute autre nature.

« Ce sont des agents de renseignements. Il y en a un des deux qui était dans la force Sangaris, et qui a une bonne connaissance du terrain. La question qu’on se pose, c’est pourquoi sont–ils venu alors qu’on leur a refusé le visa à Paris ? »

Selon la version fournie par les interpellés aux autorités centrafricaines, ils sont en mission de travail pour la MINUSCA.

Dans leurs effets confisqués lors de leur interpellation, des badges onusiens ont été retrouvés.

Le rôle de la MINUSCA

Les français interpellés étaient muni de badge de travail de la MINUSCA, dont les photos se sont vite retrouvées sur la toile.

Idem pour leurs passeports.

Contacté pour la circonstance,

le porte-parole de la MINUSCA n’a pas donné suite à nos sollicitations.

La période de validité des badges onusiens retrouvés sur les interpellés, s’étend jusqu’au 31 Décembre 2023.

D’après une source judiciaire,

les 2 ressortissants français seraient toujours en détention, et pourraient être présentés au parquet de Bangui dans les prochains jours.

Lire aussi : La MINUSCA réagit à l’arrestation des 2 Français

Rejoignez notre liste d’abonnés