Agriculture en Centrafrique : 3 filières prometteuses à exploiter en 2022

Facebooktwitter

Lorsqu’on parle d’agriculture en Centrafrique, on fait allusion à une surface de 15 millions d’hectares de terres arables dont moins de 10 % sont exploitées.

En d’autres termes, tout est à faire, car le secteur agricole en Centrafrique est encore vierge.

Cependant, il existe des filières agricoles qui sont plus rentables que d’autres.

Dans cet article, vous allez découvrir 3 filières dans lesquelles vous ne regretterez pas d’investir votre argent.

Le maïs, futur fer de lance de l’agriculture en Centrafrique

Le maïs est depuis quelques années devenu un des fers de lance de l’agriculture en Centrafrique.

La culture du maïs a tendance à se vulgariser depuis ces 5 dernières années.

Le plus gros promoteur de cette filière se trouve être la société HUSACA qui accompagne des milliers de cultivateurs centrafricains par le biais de coopératives agricoles locales.

Au regard de ses propriétés nutritives, le maïs est considéré comme une alternative au manioc,

et sert la consommation humaine, la production d’énergie, ainsi que l’alimentation animale.

Notamment, dans l’élevage de volailles qui est un business florissant en République Centrafricaine.

Les organisations internationales comme le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et des ONG internationales en achètent beaucoup pour leur stock.

En effet, le maïs fait partie des kits alimentaires fournis aux populations déplacées ou réfugiées en période de crise humanitaire.

Ce qui est dommage, c’est que ces organisations internationales pour la plupart importent leur maïs.

La demande de ce produit est grande et les investisseurs de la filière jouiront de bon rendement, et ceci, pendant longtemps.

Maintenant, passons à la seconde filière de notre article.

L’huile de palme : l’avenir de l’agriculture centrafricaine

L’huile de palme est un produit qui sera au cœur de la prochaine guerre économique entre l’Europe et l’Afrique.

Vous vous demandez certainement pourquoi.

Tout simplement, parce que l’huile de palme met directement en concurrence les agricultures africaines et européennes.

L’huile de palme possède 3 avantages de taille sur l’huile occidentale tels que le tournesol ou le colza.

Sa forme solide la rend plus facile à travailler pour l’industrie alimentaire, qui peut ensuite l’intégrer dans des recettes de produits phares telles que :

barres chocolatées, biscuits, céréales, margarine, pains industriels, crèmes glacées…

Sa riche teneur en vitamine A fait d’elle une huile particulièrement indiquée pour l’alimentation des enfants étant bénéfique pour leur croissance.

Une bonne productivité à l’hectare qui réduit considérablement les prix à la production.

Tout cela fait de l’huile de palme une véritable mine d’or pour les investisseurs qui se lancent dans cette filière avec la bonne méthode d’exploitation.

C’est le cas de la société Palme d’or en Centrafrique.

Pour subvenir aux besoins du pays, il faut 18 000 hectares de palmier à huile.

Palme d’or, envisage, d’en exploiter 5000 hectares. Il restera donc environ 13 000 hectares disponibles.

Alors, il reste encore beaucoup d’espace libre pour se lancer. Qu’attendez-vous ?

Le manioc : l’incontournable produit agricole centrafricain

C’est l’aliment de base la population centrafricaine.

La majorité de la population rurale en consomme dès le petit déjeuner.

Cependant, la demande de manioc en centrafrique est plus grande que l’offre.

Ce qui entraine une importation du manioc venant de pays voisin comme la République du Congo.

Sur dix (10) Centrafricains, huit (8) consomment du manioc tous les jours.

Et vu le faible pouvoir d’achat de la population, cette habitude culinaire n’est pas prête de s’arrêter.

En effet, le prix à la production étant bas, le manioc est accessible a la poche du citoyen lambda.

En plus, le manioc se cultive, peu importe la saison, ce qui assure une production et des revenus pendant toute l’année.

La filière manioc est une opportunité de l’agriculture en Centrafrique dont la rentabilité est garantie.

Tant que vous applique le bon protocole de plantation alors vos bénéfices sont garantis.

Comme on le dit : la terre ne ment pas.

Rejoignez notre liste d’abonnés

Laisser un commentaire