Pourquoi investir dans le manioc en Centrafrique

Facebooktwitter

C’est l’histoire de steph, un jeune africain qui a décidé d’investir dans le manioc en Centrarique.

Arrivé en Centrafrique pour des raisons professionnelles, employé dans une société étrangère installée à Bangui,

il observe son nouveau pays d’accueil et y voit de multiples opportunités d’affaires.

Depuis son enfance, il veut entreprendre et a un rêve :

transformer des produits locaux et les vendre sur le marché national et international.

Apres une longue réflexion et prospection du terrain, il passe à l’action.

Steph décide de se lancer dans l’agroalimentaire, particulièrement dans le Manioc.

Il fonde « La COQUETTE » une marque agroalimentaire dont le premier produit sera une farine de Manioc Bio.

Farine de Manioc – La Coquette

Il achète ses tubercules chez les vendeuses au marché qu’il transforme ensuite en farine de Manioc.

Enfin, il livre des commerces de la place qui le sollicitent de plus en plus, voyant l’engouement de leurs clients pour ce nouveau produit.

Aujourd’hui, son produit est écoulé dans des supermarchés connus de Bangui,

tel que Rayan, Leader, Corail ainsi que d’autres commerces de taille moyenne.

Une consommation quotidienne

Un bon exemple d’entrepreneuriat local et de promotion des produits du terroir.

Le manioc est l’aliment de base de la population centrafricaine, et c’est le cas dans plusieurs autres pays du continent noir.

Il est consommé par la majorité des gens. Sur 10 centrafricains 9 mangent du manioc tous les jours.

Si le centro n’a pas sa dose journalière de manioc, ça risque de tourner au vinaigre,

car en Centrafrique on ne blague pas avec la boule de Gozo.

Une forte demande de manioc en Centrafrique

Rayon du supermarché RAYAN

Pour le cas centrafricain, la filière manioc est une opportunité de business rentable

car l’offre locale ne satisfait pas la demande.

En effet, la production du pays n’est que de 200 000 tonnes à l’année pour une consommation locale d’environ 600 000 tonnes.

Ce qui donne lieu à de l’importation de manioc pour combler le déficit de production.

Le terrain est donc vierge pour ceux et celles qui aspirent à se lancer dans cette filière.

La terre est disponible

La Centrafrique est un vaste territoire de 623 000 Km2 avec assez de superficie disponible

pour de larges exploitations de Manioc. Le sol centrafricain ne réclame qu’une seule chose, être exploité.

En effet, le pays possède 15millions d’hectares de terre arable dont seulement 6 pour cent sont cultivées.

Un espace vaste et fertile qui offre l’opportunité à des centaines de milliers centrafricains

de se lancer dans la culture du manioc pour améliorer leurs conditions de vies.

Investir dans le manioc en Centrafrique

Saisir une opportunité, c’est bien regarder autour de soi là où on se trouve,

et faire ce qu’on peut avec ce qu’on a.

C’est ce que Stéphane a fait en investissant dans le manioc

pour en faire de la farine qui s’achète maintenant dans divers commerces de la capitale.

Farine de Manioc La Coquette

Une telle initiative est à encourager car à part le fait d’enrichir l’entrepreneur,

elle contribue à la croissance de l’économie.

En effet, le véritable développement d’un pays commence tout d’abord par la production,

la transformation et la consommation des produits locaux.

Rejoignez notre liste d’abonnés

Laisser un commentaire