Des casques bleus victimes d’une explosion en Centrafrique

Facebooktwitter

 Les engins explosifs continus de faire des victimes au sein des forces Onusiennes,

le vendredi 31 décembre 2021, deux Casques bleus bangladais de la MINUSCA ont été grièvement blessés

suite à l’explosion d’un engin explosif toujours non identifié au passage de leur véhicule à Bohong,

localité située entre Bocaranga et Bouar (nord-ouest de la République centrafricaine),

tandis qu’un troisième a été légèrement blessé.  

Les trois Casques bleus faisaient partie d’un convoi du contingent bangladais qui effectuait une patrouille de protection des populations,

sur l’axe Bouar-Bocaranga, quand l’explosion est survenue.

Les deux blessés graves ont été transportés par hélicoptère à Bouar pour y être soignés à l’hôpital de la MINUSCA.

Suite à cela dans un communiqué de presse le représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en RCA et Chef de la MINUSCA,

condamne fermement l’utilisation des engins explosifs par les groupes armés qui continue de faire des victimes.

« Je souhaite un prompt rétablissement aux soldats de la paix blessés et salue l’engagement et la bravoure de tous les Casques bleus déployés au sein de la MINUSCA dans leur mission de protection des populations civiles »

Mankeur Ndiaye

L’explosion de cet engin explosif a eu lieu 24 heures après celle survenue dans le sud-ouest de la RCA.

Au total six Casques bleus de la MINUSCA sont victime de trois incidents d’engins explosifs en 48h.

De nombreux Centrafricains ont également été tués ou blessés dans les explosions de ces engins explosifs dans différentes parties de la RCA.

Selon le représentant du secrétaire général de la Minusca Mankeur Ndiaye:

“Malgré les conditions difficiles sur le terrain, la MINUSCA reste déterminée à exécuter pleinement son mandat pour la paix et la stabilité en RCA”

La MINUSCA rappelle que les attaques contre les Casques bleus peuvent constituer des crimes de guerre et sont passibles de poursuite par les juridictions nationale et internationale.

Pour le moment la mission Onusienne ne mène aucune grosse opération comme le déminage d’engins explosifs.

Même si l’on ignore encore l’origine de ces mines, certaines sources pointent du doigt les éléments du groupe armé 3R.

Annela Faustina
Annela Faustina

Journaliste Reporter

Rejoignez notre liste d’abonnés

Laisser un commentaire