Élections en Centrafrique : L’opposition en quête d’une candidature unique

Facebooktwitter

A quelques semaines des prochains scrutins, l’opposition démocratique centrafricaine réunie au sein de la COD-2020 affute ses armes pour provoquer l’alternance.

En plus d’autres stratégies politiques en vue, la COD-2020 milite à présent pour une candidature unique à la présidentielle.

Même si jusque-là les choses ne sont encore claires, il est fort probable que la classe politique centrafricaine veut opérer le plus grand miracle de son histoire.

Selon des investigations proches des membres  de la COD-2020, l’idée d’une candidature unique de l’opposition est pour le moment en discussion.

Plus la bataille électorale de 2020 se présente géante, plus l’opposition démocratique a besoin de stratégies sures pour défaire le régime en place.

Après de semaines autour de la question, les leaders de l’opposition n’ont pas encore trouvé de compromis.

Pour les uns, c’est la passion qui l’emporte, tandis que pour les autres l’égo refuse la mise en place de cette stratégie salutaire pour les observateurs nationaux et internationaux.

Au moment où nous mettons sous presse, le labyrinthe ne présage pas encore le candidat parfait pour les hommes et femmes de l’opposition.

Bozizé, populaire, mais incertain

Il est certes le candidat le plus populaire. Tant son passage décennal aux affaires a laissé beaucoup de nostalgie au sein de la masse populaire.

Se présentant comme la bête noire de Touadera, il peut faire le poids.

Seulement, il a très peu de chances de voir sa candidature validée par la Cour Constitutionnelle.

D’abord, il a les sanctions des Nations Unies qui pèsent sur lui. Ensuite Bozizé est sans doute dans le collimateur de la justice internationale.

En témoigne le dernier détour à Bangui de Madame Fatou Bensouda, procureure de la CPI, qui a promis justice, aux victimes des crises centrafricaines.

Enfin, le malheur de l’ancien Chef d’Etat est cette disposition du code électoral fixant à douze (12) mois la durée du séjour pour tout candidat à la présidentielle.

Or, l’homme n’aurait pas encore fait un (01) an sur le territoire national comme fixé par la loi.

Non seulement, il se trouve que les partenaires internationaux ne sont pas prêts à soutenir le candidat investi du KNK pour ces lois nationales et internationales qui ne jouent pas en sa faveur.

Cependant dans le quartier général de Bozizé, on ne veut pas admettre possible sa disqualification pour les futures élections.

Pour son cercle, seul son choix comme candidat unique de l’opposition pourrait le protéger face à toute poursuite judiciaire.

A côté, les caciques du KNK veulent voir le Général revenir aux affaires  pour régler la facture de leurs souffrances.

La COD-2020 saura-t-elle offrir cette chance dorée à François Bozizé ?

Qu’arrivera-t-il si la Cour Constitutionnelle invalide au dernier ressort tout choix porté sur Bozizé ?

Autant de questions qui pourraient alimenter les analyses des membres de l’opposition.

Dologuélé, il peut faire l’affaire, mais…

Il est le candidat naturel de l’opposition démocratique pour avoir été au second tour des élections de 2015 face à Touadera.

Anicet Geprges Dologuélé a une bonne assise politique et des militants actifs sur l’ensemble du pays ainsi que dans la diaspora.

Come atout, il a su rassembler les principaux acteurs de l’opposition démocratique au sein de la COD-2020 et les observateurs l’encensent pour son côté rassembleur.

Sa disposition financière peut lui permettre d’organiser une bonne campagne électorale afin de faire le poids face à Touadera.

La grande ouverture dont il jouit auprès des institutions bancaires internationales fait partie des atouts à mettre à son actif.

Dernièrement, il a été au front médiatique contre le système en place,

et même les observateurs internationaux sont tentés par son charisme et sa personnalité politique.

Mais…au sein de la COD-2020 tous ne sont pas encore prêts à lui confier le rôle du candidat unique.

D’aucuns diront qu’il est très orthodoxe et saurait militer pour défaire Touadera.

Tandis que pour d’autres, il faudrait donner a chance à tous les candidats de se présenter

et rentrer dans la dynamique des alliances au second tour.

La dynamique du second tour profiterait-elle à l’opposition démocratique ?

Qu’arriverait-il si la COD-2020 ne choisirait-elle pas AGD ?

Le Chef de file de l’opposition enterrera-t-ils ses ambitions ou fera-t-il cavalier seul ?

Attention, il a l’estime de François Bozizé…

N’guendet, il a le courage, mais…

Ferdinand Alexandre N’guendet (FAN) qui a servi au Conseil National de Transition,

 et a brièvement assuré l’intérim du Chef d’Etat de la Transition, souhaite aussi tenter sa chance.

Pour le fondateur du RPR, il est hors de question de parler de candidature unique avant le premier tour des élections.

L’homme de Bambari a une bonne assise politique et veut compter sur ses réseaux diplomatiques pour prétendre à la magistrature suprême de l’Etat.

Mais…il est bien loin de faire l’unanimité au sein de la COD-2020.

Pour les uns, l’homme n’a pas un projet politique  à la hauteur de cette bataille électorale.

Tandis que pour les autres, le facteur judiciaire pourrait jouer en sa défaveur.

Si FAN ne sera pas désigné candidat unique de l’opposition, continuera t-il à affirmer sa position politique ?

Beaucoup en doutent, d’autant plus que d’aucuns suspectent son rapprochement avec le système en place.

Sa vulnérabilité économique entrerait peut être en ligne de compte.

Kamoun, politiquement jeune, mais flexible…

Le Président de Beafrika Ti E Kwé (BTK) vient à peine de faire son entrée dans la classe politique centrafricaine.

L’ancien Premier Ministre de Catherine Samba-Panza a été pendant longtemps technocrate.

Cependant, en un (1) an, la formation politique qu’il a créée est en train de faire une montée fulgurante.

Kamoun effectue de nombreux déplacements à l’intérieur du pays, ce qui lui fait presque déjà une bonne assise.

L’homme est flexible et veut se mettre du côté de la raison et du réalisme.

Il n’est pas contre l’idée d’une candidature unique pourvu que cela réussisse.

Convaincu de son jeune âge politique, il ne fait pas de lui le candidat indispensable pour l’opposition.

Ce sont là les quatre grandes cartes de cette opposition démocratique réunie au sein de la COD-2020.

En attendant, qui sera désigné candidat unique de l’opposition ?

Ou simplement le miracle de la classe politique centrafricaine serait-il encore bien loin ?

Elvis Mattador

Source: Journal l’Hirondelle

Rejoignez notre liste d’abonnés