EUTM RCA : échec ou mauvaise stratégie ?

Facebooktwitter

Vous connaissez l’EUTM RCA ?

C’est la mission de formation de l’Union Européenne qui accompagne la Centrafrique dans la reconstruction de son armée.

Elle est opérationnelle depuis maintenant 5 ans,

et a déjà formé environ 5000 soldats destinés à la défense nationale.

Cependant, une grande partie de la population centrafricaine se pose des questions.

Avec tous ces soldats formés, comment la rébellion CPC a-t-elle pu arrivée aux portes de Bangui ?

Et cela, en l’espace de quelques semaines.

Pourquoi a-t-on besoin de milliers de mercenaires russes et soldats rwandais pour défendre la nation ?

Les milliers de militaires centrafricains formés depuis 5 ans sont-ils peu nombreux, incompétents, sous armés pour remplir leur rôle de protecteur de la nation ?

Le 01 Mars 2021, le parlement européen a apporté de manière indirecte,

des éléments de réponses à ces interrogations légitimes.

En effet, réunis en plénière,

les députés européens ont dressé un bilan cinglant de la mission de EUTM en Centrafrique.

Notre engagement en Centrafrique n’est pas à la hauteur de l’enjeu de sécuritaire de ce pays

Nathalie Loiseau, Présidente sous-commission sécurité

Simple constat amer ou aveu d’une mission échouée ?

La réalité est que la stratégie de formation utilisée par l’Union Européenne en Centrafrique,

n’est « ni adéquate ni suffisante » selon Anna Fotyga, ancienne Ministre polonaise des affaires étrangères.

Elle n’attaque pas les véritables problèmes sécuritaires du pays,

et se contente de former les soldats à des techniques et stratégies basiques, non adaptées à la réalité de leur pays.

D’ailleurs, c’est ce qu’estime aussi un euro député spécialiste des questions de défense :

Nous n’avons pas d’impact décisif sur la sécurité et c’est dramatique. Vous pourrez faire toutes les revues stratégiques de la mission, nos modes de formation ne sont plus adaptés aux situations de sécurité locale.

Arnaud Danjean – Eurodéputé Français

Alors, Face à la situation sécuritaire qui se dégrade,

le mandat de la mission de formation de l’UE en République Centrafricaine est-il adapté ?

Que faut-il changer et remettre en cause dans le mandat de EUTM RCA ?

La réalité est que sur le terrain, les soldats opérationnels sont en majorité,

les rwandais ou les mercenaires et instructeurs russes.

Y a de quoi se demander, ou se trouve les soldats centrafricains ?

Mankeur Ndiaye, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unis en Centrafrique,

avait déploré devant le Conseil de Sécurité devant le conseil de sécurité,

que les soldats n’étaient pas aguerris, d’où un fort taux de désertion et fuite devant l’ennemi.

Selon lui, si les FACAS n’ont pas pu résister aux assauts des groupes armés, c’est parce qu’ils sont mal formés.

Il y a un véritable problème sur la discipline et un problème de formation.

Mankeur Ndiaye

Cela oblige à réévaluer la formation et corriger ce qui ne fonctionne pas dans la réforme de la sécurité.

Pour le Parlement européen, les forces armées centrafricaines formées par EUTM RCA sont mal utilisés.

Le Gouvernement les lance dans des opérations d’urgence pour lesquelles elles ne sont pas entrainées,

puisque EUTM leur apprend à « tenir une zone et la protéger ».

Ceci se révèle être un « obstacle » au travail de la mission et ses résultats,

mais aussi pour l’armée centrafricaine, au vue de son « état ».

Pour certains eurodéputés, l’UE fait trop de politique concernant sa mission de formation en Centrafrique.

Faisons un entrainement efficace sur le terrain et laissons la métaphysique politique à Bruxelles

Javier Nart – Eurodéputé espagnol

Ces dysfonctionnements discutés au parlement européen mettent bien en lumière la réalité de la mission EUTM RCA.

Alors selon vous, échec ou mauvaise stratégie ?

Rejoignez notre liste d’abonnés

Laisser un commentaire