Mandat d’arrêt international émis contre Harouna Douamba

C’est dans une décision du Tribunal de Grande Instance de Bangui datée du 26 septembre 2022, que la justice centrafricaine a rendu son verdict.

Dans ce document que Centrafrica a pu se procurer, le citoyen Burkinabè Harouna Douamba,

traduit en justice par le ministère public pour diffamation, est condamné à 2 ans de prison ferme, et un mandat d’arrêt international a été lancé contre sa personne.

Depuis son départ de la RCA où il séjourna pendant 4 ans, Harouna Douamba, jadis soutien du président Touadera,

s’était violemment attaqué à des autorités centrafricaines dont l’homme d’affaires Sani Yalo, proche conseiller du président centrafricain.

Par voie de presse en ligne et médias sociaux,

l’homme qui se réclame « panafricaniste » accusait Yalo d’être à l’origine de meurtres et crimes économiques tant en Centrafrique qu’à l’étranger.

« Des accusations graves et sans preuves » selon les avocats de Sani Yalo.

Au mois de septembre 2022,

ces derniers ont entamé des poursuites judicaires contre Douamba, qui d’après le document que nous avons pu consulter,

ont aboutit à une condamnation pour diffamation avec une amende de 10 000 000 FCFA à verser à leur client.

Le 17 Novembre 2022, le tribunal de Bangui devrait statuer sur des cas similaires.

4 centrafricains résidants à l’étranger, et sous le coup d’une citation directe émanant du Ministère de la Justice.

Les faits qui leur sont reprochés : diffamation, incitation à la haine, appel à la révolte, et offense au chef de l’État.

Rejoignez notre liste d’abonnés