«Touadera a organisé le coup d’État contre Obiang Nguema» – Mbaikassi

C’est dans une vidéo publiée sur Facebook le 9 novembre 2022, que Serge Mathurin Mbaikassi,

accuse le président Touadera d’avoir fomenté le coup d’État raté contre son homologue Obiang Nguema en 2017.

Ancien soutien du régime de Bangui,

ce centrafricain résident au Benin et très suivi sur les réseaux sociaux, s’est radicalement retourné contre Touadera qu’il appelait jadis « son champion ».

Aujourd’hui, l’homme qui se veut « lanceur d’alerte et chroniqueur politique »,

affirme dur comme fer que le président centrafricain était derrière le coup d’État destiné à renverser son homologue équato-guinéen.

« Obiang Nguema sait aujourd’hui que Touadera fait partie de ceux qui ont organisé le coup d’État contre lui. La Guinée équatoriale nous a fourni des documents. Et aujourd’hui, je communique sous la protection de la Guinée équatoriale pour dénoncer et révéler des preuves par rapport à ce coup d’État. »

Serge Mbaikassi

Des accusations d’une grande ampleur dont Mbaikassi dit détenir des preuves irréfutables. Il poursuit :

« La justice équato-guinéenne peut fournir les preuves de l’implication de Touadera dans le coup d’Etat…Bientôt la justice équato-guinéenne enverra un mandat d’arrêt contre Touadera. Elle va le condamner. C’est un putschiste. »

Des propos qui passent très mal dans le cercle des diplomates et parlementaires centrafricains.

Vers une crise diplomatique?

Selon plusieurs observateurs, les accusations de Mbaikassi qui affirme parler « sous protection des autorités équato-guinéennes » sont très graves,

et les autorités centrafricaines devraient en tirer les conséquences afin de prendre leurs responsabilités.

Un diplomate centrafricain en poste en Asie confie :

« Le Ministère des affaires étrangères devrait convoquer sans délai l’Ambassadeur de Guinée équatoriale en poste à Bangui, afin de vérifier la véracité de ce que dit ce compatriote qui prétend parler en leur nom. »

Un député de la mouvance présidentielle renchéri :

« Mbaikassi dit que les autorités de Guinée équatoriale lui ont fourni des documents incriminant le président Touadera dans le coup d’État. C’est très grave comme accusations. Ceci dépasse de simples déclarations sur les réseaux sociaux. Ça touche directement aux arcanes de la diplomatie entre nos deux pays. On ne peut pas laisser passer ça. »

D’après Mbaikassi qui affirme être en contact avec les autorités guinéennes, le président centrafricain aurait également profité financièrement de ce coup d’Etat raté.

« Le président Touadera a eu sa part  de milliards dans le coup d’État en Guinée équatoriale. Et le président Obiang Nguema le sait très bien. »

Selon un diplomate africain en poste à Bangui,

il ne serait pas exclu que l’Ambassade de Centrafrique à Malabo se saisisse du dossier pour des discussions avec les autorités de la Guinée équatoriale.

Le volet judicaire

Déjà cité à comparaitre en novembre 2022 devant la justice centrafricaine pour offense au chef de l’Etat, incitation à la haine et à la révolte,

ce leader d’opinion centrafricain s’expose à de nouveaux démêlés judicaires dont le premier volet pourrait émaner de la RCA.

« Monsieur Mbaikassi risque une lourde peine avec de telles allégations impliquant deux chefs d’état africains dont les pays sont voisins » confie un avocat au barreau de Centrafrique.

Le second volet judiciaire pourrait venir de la justice équato-guinéenne, selon notre même source :

« les autorités de Guinée équatoriale ont la latitude de démentir tout contact avec Mbaikassi, et entamer des poursuites judicaires contre lui pour avoir parlé illégalement en leur nom si c’est le cas. »

Selon un rapport de sécurité classé confidentiel que Centrafrica a pu consulter, Mbaikassi aurait plusieurs fois été au courant de l’année 2022,

en contact téléphonique avec l’Ambassadeur de Guinée équatoriale en France, monsieur Miguel Oyono Ndong Mifumu, réputé très proche du président Obiang Nguema.

Rejoignez notre liste d’abonnés