Flou total autour de l’exfiltration de Meckassoua

Facebooktwitter

Meckassoua quitte le pays 72 heures après sa destitution par la Cour Constitutionnelle.

L’opposant centrafricain Abdou Karim Meckassoua a réussi à quitter incognito Bangui peu après sa destitution par la Cour Constitutionnelle le 12 août.

Dans sa parution du mardi 17 août 2021, le journal panafricain Jeune Afrique a titré que

l’ex-député de la 2e circonscription du 3e arrondissement de Bangui a réussi à quitter la capitale centrafricaine le 15 aout dernier au grand dam des autorités centrafricaines.

Selon JA, l’opposant est passé par le Congo-Brazza avec un de ses proches pour sortir du pays.

Cette sortie intervient dans un contexte où Abdou Karim Meckassoua est visé par une affaire pendante en justice, notamment son implication présumée dans la constitution de la coalition des patriotes pour le changement (CPC).

« Je vous confirme que le président Abdou Karim Meckassoua n’est pas à Bangui. Il est hors du pays », sans plus de commentaires, a renchéri l’un des proches de l’opposant.

Une information démentie par Fidèle Gouandjika sur Facebook :

« C’est faux ! Meckassaoua est toujours à Bangui et je puis vous le certifier, il est actuellement chez lui au km5 » a-t-il insisté.

Pour un acteur politique ayant requis l’anonymat, il y a un problème au niveau des services de renseignements du pays.

« La manière avec laquelle Meckassoua est sortie nous renvoie à celle où François Bozizé est rentré au pays en décembre 2020. La question qu’on est en droit de se poser est celle de savoir, si l’appareil de l’État en matière de renseignement fonctionne. Sinon on s’interroge. »

Selon les observateurs de la vie politique en Centrafrique qui ne croient pas à la théorie de fuite, cela relève beaucoup plus d’un arrangement avec le régime en place.

« Nous sommes convaincus que c’est un deal ayant favorisé le départ de Meckassoua puisque la décision de la Cour qui a été vraiment critiquée, Bangui n’a pas le choix de continuer sur cet élan et à dû laisser faire ».

« Abdou Karim Meckassoua est franco-centrafricain et la France ne peut pas laisser un de ses ressortissants vivre ce qui est arrivé à Abdou Karim Meckassoua. Je pense pour ma part que la France n’est pas loin dans la sortie de ce leader politique. Et n’oubliez pas qu’il est beaucoup plus proche de Denis Sassou Nguesso. Donc, restons sereins et observons la suite », croit un autre.

La sortie de Meckassoua inquiète beaucoup plus Bangui qu’elle ne la rassure.

Rejoignez notre liste d’abonnés

Laisser un commentaire