L’Union Européenne va-t-elle suspendre son aide à la Centrafrique ?

Facebooktwitter

Depuis plusieurs semaines, une nouvelle court les couloirs des milieux publics, médiatiques et diplomatiques de Bangui.

L’Union européenne s’apprêterait à suspendre son appui budgétaire envers la République centrafricaine.

Simple rumeur ou réalité ?

Même si en Centrafrique on dit que la rumeur a souvent tendance devenir réalité, cela est-il vérifiable dans le cas présent ?

Une petite analyse de la situation pourrait nous éclairer sur la véracité d’une telle démarche.

Le motif

Le 26 juin 2021, le site Africa Intelligence spécialisé dans l’actualité politique et économique de l’Afrique publie un article annonçant que L’UE penserait à suspendre son appui budgétaire envers la RCA.

Selon le document, des discussions seraient en cours entre les 27 pays de l’organisation pour prendre une décision dans ce sens.

Motif d’une telle décision de l’UE ?

Selon Africa Intelligence, les pays de l’Union européenne craignent que les fonds alloués à l’État centrafricain,

servent au financement des paramilitaires russes opérant aux côtés des forces armées centrafricaines dans la lutte contre la rébellion CPC.

Ces paramilitaires sont accusés de plusieurs exactions contre les populations dans un rapport d’expert des Nations unies, un autre de SENTRY, et une enquête de la célèbre chaine américaine CNN.

Suivant la logique du raisonnement, L’UE ne voudrait donc pas être mêlée à des crimes contre l’humanité à travers son appui budgétaire,

dont les fonds pourraient servir à renforcer les paramilitaires russes qui s’enracinent de plus en plus en RCA et commettraient des exactions.

Cependant, les autorités centrafricaines et russes ont à tour de rôle, opposé un ferme démenti à ces divers rapports accusateurs.

La Présidence centrafricaine et le ministère des Affaires étrangères russes dénoncent des allégations infondées, une campagne de désinformation, et une salve propagandiste.

Ce qui est certain, si jamais l’Union Européenne en venait à suspendre son aide budgétaire en faveur de la RCA, ce serait un coup dur pour les Centrafricains.

L’appui budgétaire de l’UE

L’appui budgétaire de l’Union Européenne envers la Centrafrique, c’est environ 60 millions d’euros par an depuis 2016, 

reversés dans les secteurs de la santé, l’éducation, la sécurité, et les finances publiques.

Pas besoin de porter des lunettes pour voir que c’est énorme.

Imaginez le trou dans l’assiette fiscale de l’État, si jamais l’UE en venait à suspendre cette manne financière en direction du trésor public centrafricain.

Cela plongerait la République centrafricaine dans une crise sans précédent.

L’État ne serait plus capable de remplir ses devoirs régaliens tel que,

payer les salaires des fonctionnaires, assurer l’entretien des hôpitaux, des forces de défense et de sécurité, et bien d’autres encore.

Le pays serait plongé dans un chaos social sans précédent. Chose que la communauté internationale ne peut pas se permettre le luxe.

Elle a trop investi sur la Centrafrique depuis la crise en 2013, pour maintenant laisser le pays replonger dans un tel chaos.

Cependant, certains observateurs persistent à croire que l’UE va suivre le pas du président Macron.

Le retrait français

Au mois de juin, l’ancien pays colonisateur a annoncé la suspension de son aide budgétaire annuelle et de sa coopération militaire avec l’ancienne colonie.

Une stratégie de Paris pour redéfinir les cartes avec le pouvoir de Bangui, étant donné que depuis l’arrivée de Moscou à la table des jeux, la donne a drastiquement changé.

Et oui, c’est bel et bien pour des raisons d’intérêts géopolitiques et diplomatiques que le Président Macron a mis la barre haute.

La France veut faire flancher Touadera vers une direction qui lui serait plus acceptable et favorable. Et certainement, elle n’est pas la seule.

Mais il n’est sans aucun doute, qu’une fois que les négociations diplomatiques qui se trament en coulisses auront abouties a des garanties pour la France, alors elle fera exactement ce qu’elle a fait avec le Mali.

Elle annoncera la reprise de son aide budgétaire et sa coopération militaire avec la Centrafrique.

Un évènement qui pourrait bien arriver au courant de l’année 2021. Voire début 2022.

La réalité est que l’Union Européenne a tout intérêt à rester au chevet de la République centrafricaine.

Abandonner ce pays c’est renforcer l’influence de Moscou dans cette région d’Afrique centrale qui demeure un porte-avion stratégique.

L’UE et la France seraient-elles vraiment disposées à cela ?

Jusqu’à présent, la cheffe de la délégation de l’Union Européenne à Bangui a toujours réfuté ces allégations et réaffirmé que l’UE maintenait son appui budgétaire à la RCA.

Qui sait ? Peut-être que demain le langage changera.

Laisser un commentaire