Ouverture d’une enquête sur la gestion des fonds anti-covid-19 en RCA

Depuis le début de la pandémie, la gestion des moyens financiers alloués à la lutte contre le Covid-19 en Centrafrique, est fortement décriée par l’opinion publique et la communauté internationale.

Détournements, fournitures non livrées, enrichissement personnel, octroi de marché de gré à gré,…

Suites à ces multiples dénonciations, la Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance (HABG) décide de s’autosaisir du dossier.

C’est dans une lettre, datant du 22 Aout 2022 adressée au Ministre de la Santé publique, que Guy-Eugène Demba,

président de la Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance (HABG) a annoncé, que son institution ouvrait une investigation concernant les fonds destinés à la lutte contre le Covid-19.

Cette correspondance que la rédaction de Centrafrica a pu consulter stipule :

« Suite aux informations relayées par diverses sources, faisant état de dossiers des marchés de Covid-19, la Haute Autorité chargée de la Bonne Gouvernance dont l’une des principales missions est… de lutter contre la mal gouvernance, décide de s’autosaisir… »

Selon nos informations, un comité d’investigation composé de hauts cadres de la HABG aurait déjà été mis en place pour la circonstance.  

A cet effet, d’après ladite correspondance, ce dernier devrait débuter sa mission dans les prochains jours.

« Une mission d’investigation sera présentée et installée au sein du Ministère de la Santé dont vous avez la charge, le lundi 29 aout 2022…»

Une nouvelle qui selon plusieurs sources concordantes au sein dudit ministère, a de quoi inquiéter plusieurs acteurs directement reliés aux dossiers des marchés du Covid-19.

Une affaire à plusieurs ramifications

Selon une source au sein de l’administration de la HABG,

tout aurait commencé par diverses dénonciations et plaintes du personnel médical et de la société civile.

Ce fonctionnaire requérant l’anonymat confie :

« Nous avons reçu plusieurs plaintes. Il y a même un journaliste indépendant, qui a saisi l’Autorité de la Bonne Gouvernance avec des éléments concrets, démontrant que dans plusieurs cas, le choix des fournisseurs et l’octroi des marchés, a été fait par des pratiques peu orthodoxes. Plusieurs centaines de millions de FCFA disparus. On ne peut pas laisser passer ça quand même. »

Joint par téléphone, un cadre du Ministère de la Santé confirme la mission d’investigation, mais pense que, d’autres départements devraient être aussi soumis à la même procédure.

« Il est bien vrai que les gens de la Bonne Gouvernance seront ici. Mais il faudrait aussi qu’ils se rendent au Ministère des Finances. Pourquoi seulement chez nous ? C’est aux finances que le gros des marchés est délivré, et c’est eux qui ordonnent les dépenses. »

Réfutant tous soupçons impliquant le chef de son département, un membre du cabinet du Ministre de la Santé est formel : 

«  Le ministre Somse n’a rien à se reprocher. Je peux vous assurer qu’il fera le nécessaire pour que les cadres de la Haute Autorité de la Bonne Gouvernance aient accès à tout ce qu’ils désirent, afin que cette mission se déroule bien. »

D’après des informations recueillies auprès de certains bailleurs et partenaires de la Centrafrique,

Plusieurs ministères et organisations, auraient bénéficié des fonds de lutte anti-Covid-19.

Des politiques et personnalités d’affaires visées

Dans les couloirs de l’Administration, on pointe du doigt opérateurs économiques et politiques.

Des entrepreneurs qui auraient obtenu des marchés sans remplir les critères pour postuler, et parfois même, sans appel d’offre.

Et aussi, certains ministres, à la tête des départements bénéficiaires des fonds alloués pour la lutte contre le Covid-19, qui au passage, se seraient illicitement enrichit.

Pour un cadre du fonds BEKOU,

fond fiduciaire de l’Union Européenne qui a fortement contribué au financement de la lutte contre la pandémie en RCA, « l’ouverture de cette enquête est la bienvenue. »

Cependant, sans pour autant minimiser le poids pesant sur les épaules de la HABG,

et particulièrement, des membres de sa mission d’investigation qui sous peu, seront détachés au Ministère de la Santé, il poursuit :

« Il est question ici, de plusieurs marchés qui avoisinent entre 300 à 600 millions de FCFA, voir plus. Cette mission va devoir lever le voile sur ce qui s’est réellement passé avec cet argent. Je crains qu’elle risque d’être confrontée à de grands obstacles. Car ceux qui n’ont pas rempli leur part du contrat, et ceux qui ont profité de cet argent, sont certainement décidés à entraver le bon déroulement de l’enquête. »

La mission d’investigation des dossiers des marchés du Covid-19, devrait séjourner dans les locaux du Ministère de la Santé pour une période de 30 jours, suite à laquelle, elle devra rendre son rapport.

Rejoignez notre liste d’abonnés